samedi 14 octobre 2017

Que la fête s'achève...

9 octobre 2017, disparition du comédien Jean Rochefort.


Jean Rochefort n'a pas seulement joué dans d'inoubliables comédies (les Tribulations d'un Chinois en Chine, le Grand Blond avec une chaussure noire, le Retour du grand blond, Un éléphant, ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis, les Grands Ducs etc.), dans de chouettes films de cape et d'épée (le Capitaine Fracasse, le Masque de fer...), et des films historiques (Que la fête commence, Ridicule), il s'était commis dans quelques films fantastiques - pas les plus mémorables de sa filmo, il est vrai : Ne jouez pas avec les petits Martiens, Calmos, Frankenstein 2000, l'Atlantide, Frankenstein...
On ne le verra jamais jouer Don Quichotte dans le film inachevé de Terry Guilliam, The Man Who Killed Don Quixote... Dommage.

vendredi 6 octobre 2017

Son Altesse, Macron 1er...

Macron n'est pas le président des riches...
Il est AUSSI le président des pauvres.
C'est Castaner qui l'a dit.
Des pauvres feignasses qui foutent le bordel au lieu de chercher du boulot pour se payer un costard ?

samedi 30 septembre 2017

Barbier, la barbe !



Il y a des gens qui ont tellement des allures de faux jetons que ça en deviendrait presque de l'honnêteté. Christophe Barbier a une tête de gendre idéal avec un sourire commercial de vendeur de bagnoles d'occase, c'est l'archétype du premier de la classe, le fayot, celui qu'on imagine bien cirer les pompes des puissants.
Look étudié, écharpe rouge piquée à Mitterrand (un cadeau de Bernadette Chirac ou de je ne sais qui... Pourquoi payer si on peut être entretenu ?), il n'hésite pas à voler au secours de l'idéologie économique dominante sur les différents plateaux de télés ou à travers des éditos filmés (et dans les pages de son canard qui ne survit qu'à coup de subventions publiques), assénant les principes de la doxa libérale avec la régularité d'un métronome : chez Barbier, tout semble s'inverser par rapport à la réalité, ainsi, le système capitaliste fonctionne bien, ce sont les gens qui  ne savent pas s'adapter... Les paresseux qui ne veulent pas abandonner une semaine de congés payés pour que l'économie soit dynamique, les ingrats de retraités qui refusent d'être les dindons de la hausse de la CSG, tous ces fainéants qui rejettent la flexibilité, travailleurs trop protégés, salariés nantis et fonctionnaires privilégiés (pas les hauts, les petits, ceux qui râlent tout le temps et se mettent en grève)...
Héraut zélé du macronisme, il défend la réforme/casse du code du travail et ne sait quoi faire, que dire pour complaire à ses maîtres.
Il pourrait être drôle s'il ne donnait pas cette impression d'être si servile... Comme disait ma grand-mère, il a l'air franc comme un âne qui recule, à l'image de cette petite caste médiatique bien nourrie qui se regarde le nombril et affecte d'adopter une position de "bon sens", "équilibrée", "raisonnablement progressiste", tout en faisant la leçon à tout le monde et en  recommandant aux autres des sacrifices qu'elle ne fera pas...
Tout va bien pour elle et on ne voit qu'elle. La réalité du monde n'existe pas.

vendredi 29 septembre 2017

Jean-Mi, Lussault et les emplois aidés.

(En fait, c'est "Jean-Michel", au temps pour moi.)

Donc, Michel Lussault annonce sa démission et le Figaro se réjouit : signe d'une victoire des tenants d'un enseignement "classique" face aux "pédagos" soixante-huitards...
Bon, s'il y a des critiques à adresser à la "gauche", c'est bien ses réformes des rythmes scolaires qui aboutissent à désorganiser l’Éducation nationale, ses coups de putes contre les enseignants (avec le silence complice des syndicats affidés du PS qui sautent aujourd'hui à la gorge de Blanquer avant même qu'il ait entrepris quoi que ce soit) et leurs réformes à la hache des programmes de collège sans concertation ni explication. 
Donc, si Lussault s'en va, moi, ça me fait ni chaud, ni froid. Quant à dire que c'était mieux avant... ça me ferait mal.


Retour à la vraie vie des gens normaux qui doivent gérer les galères du quotidien, loin des débats entre les rebuts de 68 et les réacs culs bénits (et serrés) : la seule mesure concrète dont on mesure les effets dès la rentrée, c'est la suppression des emplois aidés qui perturbe l'organisation des établissements. Suppression décidée par le Premier ministre, Blanquer n'y est pour rien.

jeudi 28 septembre 2017

Les Aventuriales, édition 2017, carnet de voyage dans l'Imaginaire.

 Les Aventuriales, le Salon des Arts et Littératures de l'Imaginaire, c'était ce week-end à Ménétrol. Si vous l'avez manqué, faudra attendre un an. C'était pour moi une bonne occasion de crobarder sur le vif.

 Première cible, Axelle, de l'asso Gandahar (association organisatrice) dans un chouette ensemble steam punk.
 Une première, le vernissage de toiles de peintres de l'imaginaire rendu possible par la diligence de la mairie qui a mis à notre disposition une salle transformée en  lieu d'exposition le temps de la manifestation. Ont exposé, Michaël Thomazo (également auteur de l'affiche de l'édition 2017 des Aventuriales), Michel Bassot, Claude-Henri Fournerie, Séverine Pineaux et Christophe Vacher.

  Michaël Thomazo est aussi sculpteur : deux bustes ont agrémenté la salle d'exposition.

 L'illustrateur Lohran n'était pas présent mais a réalisé la couverture du dernier roman de Jean-Pierre Fontana, président de l'association Gandahar, l'Autre côté de nulle part (éditions Armada).

 Seb, en costume steam punk, a bien voulu servir de modèle.

 Expression concentrée pendant qu'il gère la balance des sons pour les tables rondes...
(Où nous avons pu constater que Franck Selsis, non content d'être un astrophysicien de renom - découvreur d'exoplanètes, SVP - était amateur de Star Trek et avait beaucoup d'humour.)

Dame Silu de Mordomoire : ses champs elfiques combinés aux démonstrations de sabre des Jedis auvergnats (si, il y a même une académie !) offrent des moments de grâce éphémère. 

 Christophe Vacher, peintre, illustrateur et directeur artistique dans le domaine de l'animation, Californien d'origine auvergnate, a été l'auteur de l'affiche de la précédente édition.

 Vael Cat, dans un ensemble steam punk...


Vael avec son tricorne...
(et pénible car elle bouge tout le temps, une vrai pile électrique !)

Voilà, simple aperçu du Salon.
Pour plus de précisions, je vous renvoie au site :
 https://www.aventuriales.fr/aventuriales-2017/

mardi 26 septembre 2017

Allemagne : poussée des verts... de gris.

Angela Merkel réélue...
Mais l'extrême-droite réalise une poussée remarquée !
Le modèle allemand tant vanté par les économistes et les politiques aurait-il un revers de médaille ?

dimanche 17 septembre 2017

Doudou à la pêche aux économies...


L'heure est aux économies pour rembourser la dette de la France.
(La dette écologique, peut attendre - nos amis des Antilles commencent à la régler...)
Mais plutôt que de traquer le gros contribuable optimiste fiscal,
on va piquer dans les poches de ceux qui ne peuvent pas s'exiler !
Cinq euros d'APL chez les étudiants, 
un coup de CSG supplémentaire pour les retraités et les fonctionnaires,
un coup de rabot sur les emplois aidés etc.

Pendant ce temps-là, on annonce une merveilleuse nouvelle :
les Jeux Olympiques attribués à Paris.
Avec déjà 18 milliards de dépenses annoncés !
Oui mais ça va créer de l'activité et de la richesse.
Pour qui ?

La dette, c'est pratique
on la creuse continuellement, on ne la remboursera jamais
mais elle servira toujours d'argument pour légitimer les politiques
d'austérité perpétuelle.

mercredi 13 septembre 2017

Une semaine en Macronie...

13 septembre, première mobilisation contre les ordonnances Macron que les médias s'escriment à minimiser.
Pourtant, le gouvernement à fait un GROS effort de concertation.

Pendant ce temps-là, dans les TOM...
On s'adapte !

dimanche 10 septembre 2017

The "sammies"

Nouveau projet de recherche
sur la présence américaine dans le Puy-de-Dôme pendant la Première Guerre mondiale avec ma classe de seconde CVP...


samedi 2 septembre 2017

L'Aube des super-héros - l'Art de DC.

Jusqu'au 10 septembre, au Musée des Arts Ludiques (quai d'Austerlitz, Paris 75013), se tient une exposition consacrée à l'Art de DC... Trois ans après l'exposition consacrée à Marvel. 200 planches exposées ainsi que des accessoires (costumes, maquettes, véhicules, concept art...) des films illustrés par des documents vidéos.

Des grands noms sont à l'honneur : Wallace Wood, Neal Adams (Batman et Superman vs Cassius Clay), Jim Aparo, Mike Grell (la Légion des super-héros), Bruce Tim, Darwin Cooke, Amanda Conner (sur Harley Queen), Jack Kirby (une couverture de Forever People), Frank Miller et Klaus Janson (Dark Knight returns), Alex Ross (de magnifiques planches en couleurs directes qui montrent sa maîtrise technique du dessin ET de la narration), Tim Sale, Steve Rude et j'en oublie...

J'en ai profité pour crobarder... (C'est toujours l'occasion de se faire la main et de rencontrer des gens, en l'occurrence Yannick, un fan à l'enthousiasme communicatif, et un autre crobardeur, un jeune homme qui travaillait sur un projet d'art dans la perspective d'intégrer une école d'animation...

La première section est consacrée à Superman,
l'Homme de demain, 
l'Ange de Metropolis,
l'Homme d'acier...
Choisissez votre titre...

 Un Superman pour se faire la main.
Tiré du film Man of Steel, de Zack Snyder avec Henry Cavill.
Une version sans le fameux slip sur le pantalon emprunté aux lutteurs de foire...
(parce qu'ils fallait que leurs muscles saillissent à travers leurs collants mais pas leur virilité.)

A l'entrée de la section consacrée à Batman,
une impressionnante statue du Dark Knight domine le spectateur. 
La section est plongée dans une semi-obscurité, ambiance "dark" oblige.
C'est sympa, mais ça ne simplifie pas le travail de votre serviteur.
 Le Pingouin (qui devrait s'appeler "Manchot" en VF).
Tiré du film, Batman, le défi, de Tim Burton.
Incarné par Dany de Vito.
Il fait penser à Monsieur PickWick avec son gibus
(pas celui de Dickens, celui de la maison de disque homonyme...)

 Mister Freeze, joué par Arnold Schwarzenegger
dans le film Batman et Robin de Joel Schumacher. 
Beaucoup de détails qui m'ont donné du fil à retordre.

Jugeant la version de Burton trop sombre et gothique,
Schumacher (le cinéaste, pas le gardien de but)
a voulu revenir à l'esprit de la série pop-art des années 60.
Malheureusement, l'esprit camp et les jeux de mots n'ont pas séduit le public
et les films de Schumacher ont enterré la franchise pour dix ans.

 Bane, dans le film de Christopher Nolan,
The Dark Night Rises.
Nolan a choisi une approche plus "réaliste" que ses prédécesseurs.
Dans ce film qui clôt sa trilogie, on retrouve Bane (Tom Hardy)
 dans une version assez différente du comics.
Le vilain était déjà apparu dans Batman et Robin dans une version plus fidèle.

Personnellement, je n'aime pas Bane,
une sorte de gros tas de muscles qui amplifie sa force en s'injectant
directement une formule dopante dans les veines
à l'aide d'une pompe et d'un gros tuyau sur son bras.

Créé dans le but de casser la colonne vertébrale de Batman,
il est au héros de Gotham ce que Doomsday est à Superman :
un vilain brutal et moche, purement opportuniste.

L'armure de Batman dans Batman v Superman de Zack Snyder.
Superbe costume dont les yeux étaient éclairés.
Dans le film, Batman la revêt pour être à égalité avec l'Homme de Krypton.

La situation est reprise de l'excellent comics
The Dark Knight Returns de Frank Miller (assisté de Klaus Janson à l'encrage).
Sa publication - et celle de Watchmen (les Gardiens) d'Alan Moore et Dave Gibbons
(également adapté à l'écran par Snyder) -
a marqué l'entrée des comics dans le "Modern Age", l'age post-moderne...
ou le "Dark Age" pour certains lecteurs qui ont déploré la perte du "sense of wonder",
le sens du merveilleux, propre à cette littérature.
Moore lui-même, déplorant d'avoir ouvert la voie à la vague du "grim and gritty"
(sombre et torturé), avait lancé la ligne America Best Comics et des personnages comme 
Tom Strong, le "héros de la science", afin de la contrebalancer.

Aujourd'hui, la production des comics reste sous l'influence de ces deux œuvres majeures.

lundi 21 août 2017

Jerry lâche la rampe

Décès de l'acteur, producteur et réalisateur
Jerry LEWIS 
(1926-2017)
à l'âge de 91 ans.

Quand j'étais gamin, j'étais très friand des films de Jerry Lewis,
le Zinzin d'Hollywood,
Docteur Jerry et mister Love,
les Tontons farceurs,
Tiens Bon la Rampe Jerry,
Ya, ya, mon général...

© 20th Century Fox
Jerry Lewis a aussi joué dans des films de science-fiction...


Seul ou avec son compère Dean Martin,
le Trouillard du Far West... 
Ils passaient souvent à la télé.
Il était aussi drôle que De Funès, mais jeune.

Plus tard, il a fait des films plus "sérieux"...
la Valse des pantins,
Arizona Dream...
moins rigolos.
Et même joué des rôles dramatiques dans des séries télévisées des années 80 comme
un Flic dans la Mafia.

Christin et Mézières lui avaient rendu hommage en le caricaturant en docteur Shrœder dans la série Valérian, agent spatio-temporel,
il apparaît dans trois albums :
la Cité des eaux mouvantes,
Terre en flammes,
Par des Temps incertains.

Il apparaissait aussi dans les BD de DC Comics, parfois avec des super-héros en guest star :

 © DC Comics

En ce qui me concerne, je l'ai fait apparaître dans Commando Blitz
dans le rôle du docteur Lewis Turing...

 
finalement coupé au montage.


vendredi 18 août 2017

A tombeaux ouverts

Une nouvelle foi(s), une bande de songe-creux a massacré des innocents en utilisant l'automobile comme arme par destination...
Plutôt que de menacer les terroristes de les priver de leur nationalité, on ferait mieux de leur enlever leur permis de conduire... 
(ça ne serait pas plus efficace, mais c'est tellement idiot que je m'étonne qu'un politicard ne l'ait pas encore proposé...)

mardi 15 août 2017

Bayer de fonds

Quand l'agriculture productiviste scie la branche sur laquelle elle est assise, c'est tout le monde qui risque de se la ramasser sur la figure...

dimanche 13 août 2017

Bon appétit !

Des millions d'œufs contaminés à l'insecticide fipronil (une molécule toxique) ont été retirés de la vente dans plusieurs pays de l'UE. 180 élevages ont été bloqués aux Pays-Bas. Treize lots de ces œufs ont été livrés à des entreprises de transformation alimentaire en France. (Source : l'Express.)

Aux ch... the Sheriff !!!


mercredi 9 août 2017

Commando Blitz : work in progress

Pour une fois, je poste la planche en cours. 
Encrage terminé.
Couleurs à venir.


Je rentre DANS Levallois...

Le plus fort est que le gouvernement nous explique qu'il faut maintenir l'opération sentinelle alors que non seulement elle ne dissuade pas les kamikazes mais qu'en plus ce sont les soldats de l'opération qui deviennent des cibles !

mardi 8 août 2017

De quoi être vert...

Un écolo médiatique comme caution d'un gouvernement libéral...
What did you expect ?

samedi 29 juillet 2017

Bas les pâtes...

Not' bon maître réduit les Aides Pour le Logement afin de faire rentrer l'argent dans les caisses mais s'apprête aussi à baisser l'Impôt Sur la Fortune !
En Marche sur la tête ?!

mardi 25 juillet 2017

Commando Blitz en noir et blanc

La planche en noir et blanc.
Petit détail, j'ai copié collé la tête du sergent de la 3e case dans la quatrième.
En effet, je lui avais fait une expression différente mais je trouvais que ça modifiait trop sa physionomie - et changer 3 fois de gueule en trois case, c'était un peu trop.
J'ai aussi modifié les bulles et le lettrage pour faire plus propre.

Touche pas au grisbi...

Dans toutes les majorités se distinguent des spécimens...
On ne sait pas s'il s'agit de vraies têtes de pioche, et des belles, ou si elle font semblant...
Et, parfois, la concurrence est sévère.

Mais là, on en a trouvé une qui a une belle tête de vainqueur(e ?)

Après avoir louvoyé dans différents partis pour se faire élire, Claire O'Petit a fini par devenir députée de la République En Marche (vers où ?...) en bénéficiant d'une très forte abstention...
Là, elle fait du zèle pour soutenir la mesure du gouvernement Philippe "ni de gauche mais de droite" qui consiste à réduire les APL de "seulement" cinq euros afin de coller aux sacro-saints critères de Maastricht (les 3% de déficit déterminés sur une table de bistro en utilisant la technique du doigt mouillé.)
Même esprit que pour le gel du point d'indice des fonctionnaires ou du rétablissement du jour de carence, gratter tout ce qu'on peut pour éviter d'aller chercher l'argent où il est, dans les paradis fiscaux qui n'existent plus selon Nicolas Sarkozy
Après l'insupportable arrogance des politiques, voici l'arrogance insupportable des parvenus.