dimanche 17 septembre 2017

Doudou à la pêche aux économies...


L'heure est aux économies pour rembourser la dette de la France.
(La dette écologique, peut attendre - nos amis des Antilles commencent à la régler...)
Mais plutôt que de traquer le gros contribuable optimiste fiscal,
on va piquer dans les poches de ceux qui ne peuvent pas s'exiler !
Cinq euros d'APL chez les étudiants, 
un coup de CSG supplémentaire pour les retraités et les fonctionnaires,
un coup de rabot sur les emplois aidés etc.

Pendant ce temps-là, on annonce une merveilleuse nouvelle :
les Jeux Olympiques attribués à Paris.
Avec déjà 18 milliards de dépenses annoncés !
Oui mais ça va créer de l'activité et de la richesse.
Pour qui ?

La dette, c'est pratique
on la creuse continuellement, on ne la remboursera jamais
mais elle servira toujours d'argument pour légitimer les politiques
d'austérité perpétuelle.

mercredi 13 septembre 2017

Une semaine en Macronie...

13 septembre, première mobilisation contre les ordonnances Macron que les médias s'escriment à minimiser.
Pourtant, le gouvernement à fait un GROS effort de concertation.

Pendant ce temps-là, dans les TOM...
On s'adapte !

dimanche 10 septembre 2017

The "sammies"

Nouveau projet de recherche
sur la présence américaine dans le Puy-de-Dôme pendant la Première Guerre mondiale avec ma classe de seconde CVP...


samedi 2 septembre 2017

L'Aube des super-héros - l'Art de DC.

Jusqu'au 10 septembre, au Musée des Arts Ludiques (quai d'Austerlitz, Paris 75013), se tient une exposition consacrée à l'Art de DC... Trois ans après l'exposition consacrée à Marvel. 200 planches exposées ainsi que des accessoires (costumes, maquettes, véhicules, concept art...) des films illustrés par des documents vidéos.

Des grands noms sont à l'honneur : Wallace Wood, Neal Adams (Batman et Superman vs Cassius Clay), Jim Aparo, Mike Grell (la Légion des super-héros), Bruce Tim, Darwin Cooke, Amanda Conner (sur Harley Queen), Jack Kirby (une couverture de Forever People), Frank Miller et Klaus Janson (Dark Knight returns), Alex Ross (de magnifiques planches en couleurs directes qui montrent sa maîtrise technique du dessin ET de la narration), Tim Sale, Steve Rude et j'en oublie...

J'en ai profité pour crobarder... (C'est toujours l'occasion de se faire la main et de rencontrer des gens, en l'occurrence Yannick, un fan à l'enthousiasme communicatif, et un autre crobardeur, un jeune homme qui travaillait sur un projet d'art dans la perspective d'intégrer une école d'animation...

La première section est consacrée à Superman,
l'Homme de demain, 
l'Ange de Metropolis,
l'Homme d'acier...
Choisissez votre titre...

 Un Superman pour se faire la main.
Tiré du film Man of Steel, de Zack Snyder avec Henry Cavill.
Une version sans le fameux slip sur le pantalon emprunté aux lutteurs de foire...
(parce qu'ils fallait que leurs muscles saillissent à travers leurs collants mais pas leur virilité.)

A l'entrée de la section consacrée à Batman,
une impressionnante statue du Dark Knight domine le spectateur. 
La section est plongée dans une semi-obscurité, ambiance "dark" oblige.
C'est sympa, mais ça ne simplifie pas le travail de votre serviteur.
 Le Pingouin (qui devrait s'appeler "Manchot" en VF).
Tiré du film, Batman, le défi, de Tim Burton.
Incarné par Dany de Vito.
Il fait penser à Monsieur PickWick avec son gibus
(pas celui de Dickens, celui de la maison de disque homonyme...)

 Mister Freeze, joué par Arnold Schwarzenegger
dans le film Batman et Robin de Joel Schumacher. 
Beaucoup de détails qui m'ont donné du fil à retordre.

Jugeant la version de Burton trop sombre et gothique,
Schumacher (le cinéaste, pas le gardien de but)
a voulu revenir à l'esprit de la série pop-art des années 60.
Malheureusement, l'esprit camp et les jeux de mots n'ont pas séduit le public
et les films de Schumacher ont enterré la franchise pour dix ans.

 Bane, dans le film de Christopher Nolan,
The Dark Night Rises.
Nolan a choisi une approche plus "réaliste" que ses prédécesseurs.
Dans ce film qui clôt sa trilogie, on retrouve Bane (Tom Hardy)
 dans une version assez différente du comics.
Le vilain était déjà apparu dans Batman et Robin dans une version plus fidèle.

Personnellement, je n'aime pas Bane,
une sorte de gros tas de muscles qui amplifie sa force en s'injectant
directement une formule dopante dans les veines
à l'aide d'une pompe et d'un gros tuyau sur son bras.

Créé dans le but de casser la colonne vertébrale de Batman,
il est au héros de Gotham ce que Doomsday est à Superman :
un vilain brutal et moche, purement opportuniste.

L'armure de Batman dans Batman v Superman de Zack Snyder.
Superbe costume dont les yeux étaient éclairés.
Dans le film, Batman la revêt pour être à égalité avec l'Homme de Krypton.

La situation est reprise de l'excellent comics
The Dark Knight Returns de Frank Miller (assisté de Klaus Janson à l'encrage).
Sa publication - et celle de Watchmen (les Gardiens) d'Alan Moore et Dave Gibbons
(également adapté à l'écran par Snyder) -
a marqué l'entrée des comics dans le "Modern Age", l'age post-moderne...
ou le "Dark Age" pour certains lecteurs qui ont déploré la perte du "sense of wonder",
le sens du merveilleux, propre à cette littérature.
Moore lui-même, déplorant d'avoir ouvert la voie à la vague du "grim and gritty"
(sombre et torturé), avait lancé la ligne America Best Comics et des personnages comme 
Tom Strong, le "héros de la science", afin de la contrebalancer.

Aujourd'hui, la production des comics reste sous l'influence de ces deux œuvres majeures.